LE SYNDICAT

Attaché depuis toujours à une éthique respectueuse de la personne et à un souci d’assurer des soins de qualité, le S.N.U.P. a contribué à la reconnaissance et à l’étayage de l’identité de la profession. Il négocie, dans plusieurs commissions de travail, avec différentes instances (Ministère de la Santé, DGS, DHOS, Ministère de l’Education Nationale, Ministère de l’enseignement supérieur).

Ses domaines d’intervention ont pour but de répondre au plus près aux besoins des psychomotriciens, tant dans l’exercice de leur profession que dans leur aspiration à trouver les outils d’une réflexion et d’une recherche.

  • Renforcer le travail de communication sur les actions des psychomotriciens, leurs référentiels et sur ce que cela apporte à des populations de plus en plus variées. Dans ce but, développer la réflexion en cours sur l’évaluation, la fiche métier et les référentiels métiers.
  • Renover notre décret d’actes pour qu’il soit en synergie avec nos compétences et les missions demandées et effectuées. A partir d’un dossier élaboré en 1999 avec l’AFEPP, poursuivre le travail en fonction des demandes de la Direction Générale de la Santé, ainsi que des commentaires que vous avez pu formuler. Proposer une nomenclature et un code de déontologie (Ces documents de réflexion sont disponibles au S.N.U.P. sur demande).
  • Défendre l’ensemble des modes d’exercice : salarié et libéral et promouvoir l’exercie mixte.
  • Dans un souci de qualité de la formation initiale et de la formation professionnelle continue, fournir aux étudiants et aux professionnels, les moyens d’honorer les missions demandées et les outils pour créer des protocoles de soins toujours plus affinés et pour lancer des travaux de recherche. Refonte des programmes d’études, aide des centres de formation, réflexion sur un cursus de formation initiale à 5 ans, développement de la formation professionnelle continue accessible à tous les professionnels, le LMD.
  • Développer la notion de professionnels de santé en Europe.
  • Poursuivre le partenariat avec l’AFEPP, la SITP, et les Associations Régionales, afin de développer une dynamique de travail sur le terrain.
  • Engager des discussions avec les grandes centrales syndicales pour participer aux négociations concernant les réformes de la santé.
  • Organiser les Assises Professionnelles de la psychomotricité permettant aux psychomotriciens d’être en relation directe avec les représentants des Instances Officielles (les 3èmes ont eu lieu en 2005), l’idée étant de proposer des états généraux de la profession à l’horizon 2010.
  • Affirmer notre place comme interlocuteur compétent dans le champ des thérapies à médiation corporelle avec une éthique et une déontologie rigoureuse. Poser le cadre d’un groupe de travail sur les affaires médico-judiciaires afin d’offrir aux professionnels en exercice tout le soutien nécessaire avec des appuis juridiques et psychologiques adaptés. Dans le même temps, garantir la profession de toutes les dérives sectaires (ce qui est d’ailleurs une préoccupation du gouvernement).