QUELQUES INFORMATIONS SYNDICALES & PROFESSIONNELLES

STRATEGIE NATIONALE POUR L’AUTISME /

LE DOSSIER MEDICAL PARTAGÉ /

PROGRAMME DES STAGES (fin 2018 – année 2019)

————————————————-

STRATEGIE NATIONALE POUR L’AUTISME

Mardi dernier, le S.N.U.P était présent au Ministère (MASS) auprès des services du Premier Ministre dans le cadre de la concertation sur la prise en charge précoce de l’Autisme :
1) Mise en place du remboursement des séances de psychomotricité pendant un an,
2) travail pluridisciplinaire,
3) échange avec les familles, …

Tels sont les grands axes de ce dispositif.

En savoir plus :

Pour exemple : Prise en charge remboursée

Actuellement, avant que le diagnostic de l’autisme ne soit confirmé chez un enfant, un processus souvent de plusieurs mois, voire plus, le recours à des professionnels comme des psychomotriciens, des ergothérapeutes, des neuropsychologues n’est pas remboursé par la Sécurité sociale. Le reste à charge des familles sera désormais pris en charge dès les premiers signes détectés et avant le diagnostic officiel, pour un montant qui devrait atteindre 90 millions d’euros par an en 2022. Les séances avec des professionnels libéraux, en lien avec une « plateforme d’intervention et de coordination », pourront durer « six mois à un an », le temps d’établir un diagnostic et d’enclencher, si besoin, une prise en charge classique par les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Lors des examens médicaux obligatoires à 9 mois et 24 mois, les médecins devront « vérifier le minimum » et alerter sur un trouble psycho-autistique.

 

LE DOSSIER MEDICAL PARTAGÉ

C’est officiel : depuis le 6 novembre 2018, chaque assuré peut créer en ligne son Dossier Médical Partagé, ou DMP.
Instauré par la loi du 13 août 2004 relative à l’assurance maladie, le DMP doit permettre à terme de collecter, centraliser et sécuriser les données de santé individuelles des patients, des traitements et soins qui leur sont prodigués.

Pour plus d’informations : https://www.dmp.fr

« [Le DMP] se présente notamment comme une réponse efficace à une anomalie constatée depuis longtemps, qui est que les Français ne disposent pas de l’historique de leur dossier médical » a déclaré la ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn. « Il doit devenir demain une évidence pour tous les Français, comme l’est devenue la carte Vitale », a-t-elle ajouté.

Le dispositif était testé dans 9 territoires pilotes depuis fin 2016). A présent, ce sont tous les assurés qui peuvent créer leur dossier.
La Cnam a travaillé avec les partenaires de chaque profession de santé et il a pu être instauré une grille répertoriant quels accès sur DMP étaient accordés à tel ou tel professionnel. Une matrice d’habilitation a été validée par la Cnil, elle est consultable publiquement sur le site du DMP ».
(Pour information les psychomotriciens auront accès au DMP, pour plus d’informations vous pouvez consulter le tableau d’habilitations)

Problématique :
Si Un tel historique a pour objectif premier d’améliorer la prise en charge des patients, et le contrôle par ces derniers des informations le concernant, une telle masse de données (l’objectif étant que 40 millions de DMP soient ouverts d’ici cinq ans) pourraient également constituer une véritable mine d’or pour tout une série d’acteurs : chercheurs en médecine ou spécialistes du système médical, praticiens, gestionnaires de santé, industriels du numérique, assureurs, association de patients… Quelles utilisations, quel contrôle, quelle sécurité pour le patient ?… Le débat est loin d’être clos.

INFOS PROFESSIONNELLES 

Pour rappel :