THERAPIE PSYCHOMOTRICE – et recherches – n°167/2011

Hors des sentiers battus

couv167Nous avons souhaité avec Béatrice ROPERS et Béatrice GUERRA DE CEA qui ont coordonné ce numéro, et je les en remercie chaleureusement, mettre en exergue des pratiques psychomotrices qui sortent des sentiers battus. Ces dernières années les psychomotriciennes et psychomotriciens se sont aventurés vers des terrains professionnels et parfois de stage où la psychomotricité n’avait pas encore voie au chapitre. Cette évolution qui voit la psychomotricité s’ouvrir vers des champs cliniques nouveaux ne se fait pas sans questionnement et parfois difficulté. C’est pour cette raison qu’il nous a semblé nécessaire d’offrir un espace de réflexion et de diffusion à ces pratiques novatrices. Ici peut-être plus qu’ailleurs se ressent la nécessité de témoigner, élaborer et partager ses expériences. C’est ce que tous les auteurs de ce numéro ont accepté de faire, qu’ils en soient ici remerciés.

 

Sabine FRITIS ARCAYA nous parle dans le cadre d’une activité libérale de ses rencontres avec des femmes en difficulté de fertilité ou souffrant de troubles des conduites alimentaires. Audelà des cliniques singulières qui sont ici évoquées avec une grande sensibilité et finesse clinique, Sabine FRITIS ARCAYA nous propose une réflexion théorico-clinique d’envergure sur l’utilisation du dispositif et du cadre en psychomotricité lorsqu’ils sont au service du réinvestissement narcissique du corps.

S’il est une situation où le dispositif et le cadre du thérapeute sont mis à l’épreuve, c’est probablement lorsque celui-ci intervient au domicile des parents et de l’enfant. Hélène FENEAU et Marie-Pierre GABLAIN abordent ici la spécificité de l’approche psychomotrice en SESSAD auprès d’un enfant qui présente des troubles autistiques. Le titre évocateur « J’irai camper chez vous » souligne les difficultés inhérentes à la mise en place d’un espace thérapeutique dans le cadre de l’intimité familiale. Le lecteur habitué à ces pratiques « hors les murs » trouvera dans ce texte une réflexion de qualité sur la singularité de cette approche. Mais c’est bien la question du cadre, dans ses dimensions institutionnelles et phoriques qui est ici posée et qui ne peut que faire écho à nos pratiques respectives.

Pour poursuivre avec la clinique de l’autisme Anne AUVE-DEBACQUE témoigne d’une expérience de thérapie avec le cheval centrant sa réflexion sur le « remaniement » des enveloppes corporelles. C’est bien d’une médiation thérapeutique dont il est question ici et dont il faut souligner qu’elle engage le thérapeute dans une relation triangulaire qui vise à favoriser la rencontre avec le sujet autiste.

Claire EXPOSITO nous relate sa rencontre avec une patiente qui souffre d’anorexie au travers de la médiation par le toucher thérapeutique. L’auteure y souligne le rôle essentiel du contretranfert émotionnel face à l’écoute sensible du corps en souffrance de l’anorexique.

Christine Leçon-ROBERT nous parlera de relaxation psychomotrice auprès d’une adolescente souffrant de douleurs chroniques invalidantes revisitant avec bonheur la notion de dialogue tonique si chère à J. de Ajuriaguerra.

Anne BUTTIN, J-Olivier POUTOU, Laure GIRARD et Sylvie HINGRAY-WINCKEL ont en commun d’accueillir des adultes porteurs de déficience intellectuelle et troubles associés. Ils nous livrent, au travers d’une série de vignettes cliniques qui sont autant de rencontres « improbables » avec des sujets entravés par des angoisses archaïques, un questionnement sur la prise en compte nécessaire pour le travail thérapeutique de leurs besoins archaïques et leurs impacts sur les représentations des soignants.

Yolande FRADET-VALLEE conclura cette thématique en nous proposant une étude d’une grande qualité didactique sur les incidences du vieillissement sur la vie psychique de personnes atteintes de handicaps neurologiques.

Enfin dans la rubrique « Hors thème » Marthe HAMMEL nous propose un travail tiré de sa recherche au DU « Initiation à la Recherche Clinique en Psychomotricité » sur la conceptualisation de l’empathie en psychomotricité. Après avoir dégagé plusieurs dimensions fondamentales au processus empathique, Marthe HAMMEL nous donne des repères pour utiliser l’empathie comme un outil au service de la relation en thérapie psychomotrice. Bonne lecture à toutes et à tous.

Pour conclure nous souhaitons, au-delà des cliniques singulières évoquées ici dans ce numéro spécial « Hors des sentiers battus », que la revue devienne un espace de rencontres et d’échanges pour tous les psychomotriciennes et psychomotriciens engagés dans des pratiques novatrices. Pour ce faire nous proposons à ces jeunes professionnels (pour la plupart) un espace dédié de discussion et de diffusion des informations concernant leurs pratiques singulières. Par l’importance de sa diffusion la revue peut permettre de faire connaitre et/ou de fédérer des professionnels engagés dans des pratiques peu communes. Alors n’hésitez pas à nous contacter.

167 - 01 : Les poupées russes ou la mise en abyme du sol dans soi - Thérapie psychomotrice en libéral, auprès d'adultes souffrant de troubles de l'image du corps

Sabine FRITIS-ARCAYA page 4
Psychomotricienne en libéral. Email : nidavril@free.fr

Psychomotricienne en libéral, sa spécificité est d’accueillir exclusivement des adultes souffrant de troubles de l’image et de l’investissement du corps. Comme deux fenêtres sur sa pratique, un premier texte parlera de ses rencontres avec des femmes en difficulté de fertilité, puis un deuxième évoquera le cas clinique d’une femme souffrant de troubles des conduites alimentaires.
Dans un second temps, elle abordera quelques notions théoriques, celles de l’estime de soi et de l’identité corporelle, parce qu’elles peuvent contribuer à mieux comprendre ce qui anime - ou n’anime plus - certains patients qu’elle rencontre, et donner ainsi quelques clefs pour mieux les accompagner, en tant que psychomotricienne.

Mots clés :
Thérapie psychomotrice - Image du corps - Investissement corporel - Fertilité - Conduites alimentaires - Adultes.

167 - 02 : "J'irai camper chez vous", Essais de réflexion sur la thérapie psychomotrice à domicile

Hélène FENEAU page 18
Psychomotricienne, SESSAD « Aquarel », Compiègne (60). Email : feneaucho@yahoo.fr

Marie-Pierre GABLAIN
Psychologue clinicienne, SESSAD Un Jour Bleu, Laon (02). Email : gablain.mariepierre@neuf.fr

Nous aborderons ici la spécificité de l’approche psychomotrice en SESSAD, au domicile de l’enfant, avec ses parents. Nous avons choisi de réfléchir autour de la place du psychomotricien lorsqu’il devient campeur, emmenant dans son sac son cadre, sa spécificité, mais aussi l’institution SESSAD. Nous nous poserons les questions de sa place, des enjeux liés à sa venue au sein de la famille, mais aussi de son rôle de soutien à la parentalité. Notre réflexion sera illustrée par une vignette clinique qui tentera de rendre compte de cette approche singulière.

Mots clés :
Autisme - Thérapie psychomotrice mèreenfant - Domicile - Enveloppe - Axialité - Cadre institutionnel.

167 - 03 : L'impact de la thérapie avec le cheval sur les enveloppes corporelles

Anne AUVE-DEBACQUE page 32
Psychomotricienne DE. Email : auve.anne@gmail.com

La structuration des enveloppes corporelles débute dès la vie intra utérine, se poursuit tout au long de la vie du sujet, et contribue au bon développement psycho corporel de l’enfant. Ces enveloppes corporelles ont plusieurs facettes et différentes fonctions structurantes.
En cas de défaillance de ces enveloppes corporelles, l’enfant se retrouve en prise avec des angoisses archaïques entravant son développement et son épanouissement, comme par exemple chez les enfants avec des troubles autistiques.
La thérapie avec le cheval est une des propositions possibles pour accompagner ces enfants sur le plan thérapeutique. Le cheval constitue une médiation avec laquelle le thérapeute accompagne l’enfant et permet le remaniement de ses enveloppes corporelles.

Mots clés :
Enveloppes corporelles - Moi-Peau - Thérapie avec le cheval.

167 - 04 : Le toucher thérapeutique : rencontre avec le sujet anorexique, son corps, sa souffrance...

Claire EXPOSITO page 48
Psychomotricienne.

Après des années passées auprès de sujets alcoolo-dépendants, nous retracerons la rencontre avec l’anorexie, au travers du travail corporel et surtout de la médiation par le toucher thérapeutique : transmission d’une certaine violence mobilisatrice de notre unité psycho-corporelle et d’une écoute singulière. Le toucher thérapeutique pourrait permettre de recréer un mode de communication, de partage de la souffrance par une mise en travail passant par le corps et la psyché du thérapeute. Cette rencontre corporelle tente de remettre en jeu les processus de séparation-individuation s’originant dans les inter-actions précoces.

Mots clés :
Toucher thérapeutique - Anorexie - Sidération - Agrippement - Troisièmepeau.

167 - 05 : Relaxation psychomotrice et adolescence - approche de la douleur prenant en compte la globalité du sujet

Christine LEÇON-ROBERT page 60
Psychomotricienne, titulaire du CARP 2009. CAMSP-CMPP Le Fil D’Ariane 58000Nevers. CMPP SNCF 58440 Varennes Vauzelles. E-mail : did.robert@wanadoo.fr

Apartir d’un récit clinique relatant le parcours en relaxation psychomotrice d’une adolescente souffrant de douleurs chroniques invalidantes, l’auteur essaie de démontrer l’intérêt de cette approche globale de la douleur.
La patiente accueillie est adressée par un service d’oncologie pour un suivi en relaxation afin d’accompagner un essai de réduction progressive de son traitement anti-douleur qui ne la soulage plus (et occasionne des effets secondaires) et pour l’aider à gérer le stress et l’angoisse qui semblent majorer la douleur.
L’approche psycho corporelle de la relaxation psychomotrice a permis la prise en charge à la fois de la douleur du corps mais aussi de la souffrance d’un sujet en devenir.

Mots clés :
Relaxation psychomotrice - Adolescence- Douleur chronique - Approche globale - Dialogue tonique - Douleur et souffrance.

167 - 06 : Rencontre en psychomotricité avec des adultes à évolution déficitaire

Anne BUTTIN, Laure GIRARD, Jacques-Olivier POUTOU page 78
Psychomotriciens, Isère

Sylvie HINGRAY-WINCKEL
Psychomotricienne, chargée de cours à l’IFP Lyon, formatrice, Grenoble. sylviehingraywinckel@free.fr

Nous travaillons tous quatre dans des structures différentes mais qui ont en commun d’accueillir des adultes porteurs de déficience intellectuelle et troubles associés. Pour rendre compte de la spécificité de notre rencontre avec ces personnes, nous avons choisi de développer plusieurs thèmes, apparus comme récurrents dans nos approches cliniques, et illustrés chacun d’une vignette clinique. Nous aborderons la place des besoins archaïques dans la rencontre, les représentations monstrueuses que les premières rencontres peuvent susciter, le risque d’intrusion face à des économies psychiques chronicisées ainsi que l’aspect temporel dans lequel s’inscrivent ces rencontres.

Mots clés :
Adulte - Évolution déficitaire - Psychomotricité - Besoins archaïques - Chronicité - Désir - Représentations monstrueuses - Rencontre - Sujet.

167 - 07 : Handicaps neurologiques et vieillissement : vécus psychologiques

Yolande FRADET-VALLÉE page 92
Psychomotricienne et Psychologue Clinicienne. Chargée de cours à l’Institut de psychomotricité Paris VI. Email : Yolande.fradetvallee@free.fr

La présente étude cherche à repérer les incidences du vieillissement sur la vie psychique de personnes atteintes de handicaps neurologiques et atteignant ce dernier âge de leur vie. Ce travail vise à identifier les mouvements humains qui animent cette traversée de la fin de la vie, ce chemin qui mène à l’absence, et dans des conditions particulières de handicaps lourds.

Mots clés :
Handicap neurologique - Vieillissement - Incidences psychiques.

167 - 08 : Empathie et psychomotricité / outils au service de la relation en thérapie psychomotrice

Marthe HAMMEL page 102
Psychomotricienne. Email : marthehammel@yahoo.fr

Pour pouvoir envisager la conceptualisation de l’empathie en psychomotricité, il est nécessaire de chercher à comprendre ce mot : de sa définition en passant par son étymologie, le contexte historique et l’inscription pluridisciplinaire de ce mot aux sens multiples sont ensuite étudiés. Cette investigation fait ressortir certains critères de l’empathie (composantes, formes, voies et dimensions), étoffe son sens et permet de déterminer trois degrés d’empathie. Cela vise à permettre à chacun une appropriation personnelle de ce terme afin d’utiliser l’empathie comme un outil au service de la relation en thérapie psychomotrice.

Mots clés :
Empathie - Relation - Thérapie psychomotrice.