Quel avenir pour les conventions collectives ? Quelles perspectives pour la convention collective de 1966 ?

Nous vous proposons une série d’articles liés aux conventions collectives, et nous attendons vos réactions et commentaires pour alimenter la réflexion.

Cette convention qui cadre les relations entre les salariés et leurs employeurs dans le secteur médico-social fait l’objet d’une attaque en règle de la part des syndicats patronaux qui en sont signataires.
Très brièvement, il s’agit au fond, de permettre la progression salariale des personnels, non plus au travers de leur ancienneté, mais sur un mélange de compétences (définie par les missions) et d’une toute petite partie liée à l’ancienneté. Ce qui est une modification profonde de la politique salariale, et une remise en cause d’un certain nombre d’acquis.

Pour les professions paramédicales, 2 niveaux de classification sont ainsi retenues :
– Technicien supérieur (correspondant à un salaire minimum en point de 500)
– Technicien qualifié (correspondant à un salaire minimum en point de 470).

Par comparaison, dans l’actuelle convention 66, le calcul du salaire d’un psychomotricien est établis sur la base du coefficient 434, majoré par année d’ancienneté. Donc l’application des propositions patronales se traduira par une augmentation des salaires de début de carrière, mais très vite plafonnés au bout de 15 ans d’ancienneté. Globalement, sur une durée de carrière, nous subirons une perte de notre rémunération.

Qu’en sera-t-il pour les psychomotriciens : la classification qui nous sera appliquée tiendra-t-elle compte du niveau d’étude (en lien avec le LMD) ? Ou se fera-t-elle en fonction d’une décision arbitraire liée au projet des établissements ?

Mais il n’y a pas que l’aspect de la rémunération qui va être remis en cause, c’est tout un système ou une nouvelle fois la notion de rentabilité primera sur le reste. Le secteur médico-social est mis à mal actuellement, et il est à craindre que la philosophie qui anime les propositions patronales et qui vise à substituer, dans la gestion des relations humaines à l’intérieur des établissements, des éléments de technicité, compétences, missions à l’architecture précédente basée elle sur la technicité et l’ancienneté n’ouvre en fait la voie à un salaire au mérite dont les directions ou les usagers devenu consommateurs de soin fixeraient de fait les contours.
Gageons que les négociations qui s’engagent avec les organisations syndicales représentatives des salariés explorent des pistes évitant ces écueils.

Le S.N.U.P se propose de contacter les organisations syndicales patronales pour défendre les intérêts spécifiques des psychomotriciens au sein de la classification des personnels paramédicaux . 
Nous vous tiendrons informés de nos démarches mais, vous invitons dès à présent à la plus extrême vigilance face aux enjeux de ces négociations.

Voici le lien vers la pétition pour la défense de la convention collective 66

 

http://www.mesopinions.com/petition/social/petition-defense-convention-collective-66/5742